Santiago #1 : Deux français dans la ville

Parés pour découvrir la ville, nous vous emmenons avec nous pour un petit tour touristique de la ville et des attractions que nous avons faites. Suivez le guide !

Nous commençons par un des emblèmes de la ville et l’un de ses points culminant pour découvrir « Santiago vu de haut », Cerro San Cristobal. Le Cerro domine la ville à 880m d’altitude avec un dénivelé de 320m par rapport au centre historique.

En partant du quartier Bellavista, vous avez deux options pour monter le Cerro. Soit à pieds, soit en funiculaire. Nous avons fait le choix du funiculaire pour faire l’une des attractions principale de la ville.

Prix combiné funiculaire et téléphérique pour 2 personnes : 6 820 pesos (environ 9,15 euros)

Arrivée en haut du funiculaire, on commence à apercevoir l’étendu de la ville de Santiago mais aussi de sa pollution très impressionnante qui donne un air fantomatique à la ville. Nous avons même l’impression que les montagnes flottent en l’air. Pour nous grenoblois, cette vue nous rappelle un peu notre ville et sa pollution mais avec une échelle un peu différente.

Puis nous montons un peu pour aller voir le sanctuaire de l’Imaculada Concepciòn. Et sur le chemin pour aller au sanctuaire, nous découvrons une esplanade qui se prépare à la venue du Pape en janvier 2018. Ça va être l’événement principal du début d’année au Chili.

Nous partons ensuite rejoindre le secteur de Tupahue grâce au téléphérique qui vient d’être remis en service. Petit aparté historique, lors du tremblement de terre de 2010, le téléphérique avait été endommagé et ne fonctionnait plus jusqu’à maintenant.

On décide de s’arrêter dans le secteur Tupahue et donc de ne pas aller jusqu’au bas du téléphérique. Nous découvrons alors la Piscina Tupahue, fermée à cette époque (ouverture en novembre). Située sur le versant nord de la montagne, elle offre une possibilité de baignade en plein air entourée de verdure. La baignade coûte tout de même 6000 pesos = 9,60 euros.

Nous redescendons du Cerro par le parc Gabriela Mistral. Ce parc magnifique regroupe un jardin botanique et des jeux pour les enfants, toboggan sculpté dans la pierre, jeux musicaux….

Au pieds du Cerro San Cristobal. Flannez dans le quartier Bellavista, à la découverte des jolies maisons colorées et des tags dessinés sur les murs du quartier. Découvrez également une des maisons de Pablo Neruda, que nous n’avons pas visitée pour l’instant.

Le quartier est aussi connu comme un haut lieu pour les sorties nocturnes, bar et restaurants. Nous ne pourrions pas vous en dire plus sur ces sorties seulement ce que nos amis brésiliens de l’auberge nous ont racontés ;-). Petite info, pour les étrangers il existe une tradition ici qui s’appelle Miercoles po est qui permet aux étrangers, les mercredis, de ne pas payer l’entrée d’un bar et sa 1ere conso. Le bar change chaque semaine et votre hostal est souvent au courant.

Durant les quelques jours passés à Santiago, nous avons visité le Centro historico à la découverte de ces nombreux monuments.

Plaza de Armas

Le tracé de la place date de 1541. C’est sur cette place que Pedro Valdivia fonda la ville de Santiago. Cette place très animée avec ces groupes de musique, ses marchands ambulantes, est le coeur de la ville. Autour de la place Iglesia Catedral et museo historico nacional.

Ce dernier est installé dans le Palacio Audiencia datant de 1804, le musée retrace de façon chronologique l’histoire du Chili. Le rez-de-chaussée consacré à la découverte de l’Amérique jusqu’à l’époque coloniale étant fermé, nous avons donc commencé la visite au 1er étage avec l’histoire chilienne du XVIIIe jusqu’au zoom sur les événements majeurs du XXe siècle. De magnifiques pièces sont présentées et donnent un bel aperçu des époques parcourues. Le musée est très riche d’explications sur la chronologie des faits mais tout cela en espagnol donc un peu difficile pour comprendre.

Museo de Arte precolombino

Prix de l’entrée 4 500 pesos par personne

Pousser les portes de ce musée, c’est comme faire un énorme bon dans le temps à travers la culture précolombienne, du Mexique actuel à la Terre de feu. Chaque population a un espace qui lui est dédié et met en avant de très riches céramiques, sculptures et tissus.

Momies Chinchorro, momies les plus anciennes au monde (2000 ans avant celles des égyptiens)
Nous avons eu un énorme coup de cœur pour les tissus présentés dans une pièce qui leur était entièrement dédiée. Lise avec son œil averti en ce qui concerne la scénographie des musées, et particulièrement attentive aux mobiliers utilisés pour les mettre en avant tout en les protégeant. Dans cette salle impossible de faire des photos, donc tous les souvenirs seront dans nos mémoires.

Le deuxième coup de cœur a eu lieu dans la salle dédiée au peuple de l’Ile de Pâques. En résonance au fait que, le matin même nous avions décidé de prendre des billets pour aller voir cette terre chilienne en plein milieu des eaux polynésiennes.

Le dernier coup de coeur, c’est la découverte de la culture Mapuche et notamment un gros coup de coeur de Thomas pour les sculptures.

Pour information, la visite du musée, et la présentation des oeuvres, s’est faite grâce au téléchargement de l’appli gratuite du musée sur nos téléphones. Et tout ça en français (ça aide un peu la compréhension).

Museo Bellas artes 

Entrée gratuite

Nous avons passé les portes de ce musée un matin assez froid en nous disant qu’en plus de découvrir des œuvres sud américaines nous pourrions nous réchauffer. C’était un peu utopique de notre part car il faisait beaucoup plus froid à l’intérieur qu’à l’extérieur dommage. Malgré le froid nous continuons la visite et découvrons la magnifique verrière de l’édifice.

Après nous vous l’avouons nous n’avons pas été très fan des œuvres présentées. La partie art contemporaine nous a laissé complètement froids et les autres salles ne nous ont pas attirées non plus.

4 Responses

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.