La montagne Arc en ciel

Petite parenthèse de notre séjour Cusqueña, nous voulions voir ces drôles de montagnes arc en ciel dont parle tous les magazines et blogs de voyage ! Après notre acclimatation progressive à l’altitude, nous partons pour notre première éxpèrience en haute altitude. C’est l’agence Inti Paradise, qui viendra nous chercher à 3h à l’hôtel. Dans le minibus, où 12 autres personnes terminent leurs nuits emmitouflés contre le froid. Nous somnolons sur les petites routes andines, traversant de petits villages. Le soleil se lève tôt, dès 6h les habitants sont debout et sur la route du travail ou de l’école pour les plus jeunes. A 6h30, nous nous arrêtons au village de Quesiuno pour un petit déjeuner : thé de coca pour l’altitude, fruits et petits pains. Dehors, le soleil nous réchauffe rapidement. Nous reprenons la route. Les virages se resserrent et la piste devient poussiéreuse et abrupte. Notre guide, à l’humeur d’animateur, donne des consignes pour la montée et le mal des montagnes. Surtout, il partage sa « potion magique » pour l’altitude qui a une très forte odeur de fioul ! 4 300m, on descend au point de départ. Première information, on ne sera pas seul ! Plusieurs minibus sont déjà présents et d’autres arrivent. Au loin les hautes montagnes arides et rougis. Le chemin forme une traces plus clair comme une entaille où de petits points, comme des fourmis, constellent cette ligne. Après le long trajet en bus, ça fait du bien de marcher. Dès le départ, des locaux nous propose des chevaux pour rejoindre le sommets, il y en aura tout au long du chemin. De notre minibus, nous seront les seuls à ne pas les utiliser. Le large chemin, qui se raidit progressivement, ne comporte pas de difficultés mais l’altitude rends nos mouvement plus lourds et notre souffle plus court. Lise qui appréhendait cette difficulté, peine avec la fatigue du voyage, à trouver son rythme. Finalement en prenant le temps de souffler et d’admirer le magnifique paysage qui nous entoure, nous venons à bout des 800m de dénivelé en 2h. Au col, il nous faut prendre encore un peu de hauteur pour que se découvrent les stries colorées de la montagne Vinikunka. Sur le promontoire, la vision à 360° sur les montagnes environnantes est superbe ! Pendant 1h, nous restons fascinés par la nature à 5 200m (400m au dessus du Mont Blanc). Il faut pourtant redescendre et nous avons45 min pour revenir à notre point de rendez-vous. On se met en mode trail, on sert les sacs dans notre le dos et on part en courant dans la descente ! Nous faisons la courses avec quelques guides hilares et souvent en chaussures de villes, pour dévaler la pente ! Nous arrivons à l’heure au bus et attendons nos guides qui arrivent finalement une heure après, hilares. Le retour est tranquille avec une pose déjeuner au même village qu’à l’aller. L’altitude et la fatigue font leur effet, malgré la toujours succulente soupe d’entrée péruvienne ou le traditionnelle et réconfortant poulet/riz, tous le monde tombe du nez dans l’assiette. Avant de rentrer, notre chauffeur fait un petit détour par les quatre lacs qui alimentent Cuzco en eau potable. L’ambiance des couleurs plongeantes du soir sur l’eau et les terrasses agricoles est magique. Arrivés à Cusco en serrant les fesses sur la conduite très péruvienne de notre chauffeur, nous terminons la journée avec de délicieuses galettes de la Casa del Kebab et tombons dans notre lit pour une nuit réparatrice !  
Les vrais couleurs tristes de la montagne Arc en Ciel Ce nouveau « hotspot » touristique était à l’origine recouverte de neige et protégé des population locales pour l’élevage de lamas, de chevaux et d’alpagas. Mais le réchauffement climatique fait fondre progressivement la neige, découvrant les couleurs de la montagne.A partir de 2016, les agences commencent à proposer le tour aux touristes. Si les locaux ont trouvé une nouvelle source de revenus dans cette activité, ils dénoncent aujourd’hui les dégâts engendrés par la fréquentation croissante : érosion importantes du sentier originel, accumulation des déchets et destruction d’un marais pour construire un parking. Les tristes dessous d’un succès touristique…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.