Arequipa, la ville blanche

Porte d’entrée pour le Pérou

Notre première étape péruvienne a lieu dans la belle ville d’Arequipa. Avec une altitude de 2335m, la ville blanche permet de s’acclimater progressivement à l’Altiplano. L’une des caractéristiques de cette ville s’est d’être baignée par 300 jours de soleil par an. La deuxième est d’être la ville natale du nobel de littérature péruvien : Mario Vargas Llosa.
Nous posons nos valises dans une bonne auberge à deux pas de la Plaza de Armas, Mango Hostal, où nous profitons bien de sa terrasse sur le toit pour se reposer dans les hamacs avec vue sur El Misti, le volcan au dessus d’Arequipa qui culmine à 5 822m d’altitude.

Pour découvrir cette belle ville nous décidons de suivre un « Free Walking tour » qui nous permet d’avoir un bel aperçu historique et architecturale. Nous vous proposons de découvrir avec nous les nombreux lieux que nous visitons dans la ville blanche.

Plaza de Armas et la Cathédrale

La grande place centrale de la ville est impressionnante par son architecture unique sans ajouts modernes. Vous pourrez y voir des bâtiments d’un blanc immaculé aux imposants balcons et colonnades. Ils bordent trois côtés de la place et le quatrième est occupé par la plus grande cathédrale du pays et ses 2 hautes tours.

Cette dernière s’élève sur la place centrale d’Arequipa. Édifice massif  en sillar blanc construite en 1656, elle est la seule du pays à occuper la place centrale sur toute la longueur. Détruite de nombreuses fois, d’abord par un incendie en 1844 puis par un tremblement de terre en 1868 et pour finir en 2001, par un séisme qui renversa la tour de gauche et ébranla celle de droite. Elle se dresse de manière imposante grâce à de nombreuses reconstructions et restaurations, avec en arrière plan le magnifique El Misti.

Iglesia de La Compania et Claustros de la Compania

Cette petite église jésuite est impressionnante par sa façade richement sculptées mélangeant la culture chrétienne et péruvienne. A l’intérieur nous avons découvert un hôtel entièrement doré à la feuille d’or. Ce qui est aussi surprenant dans cette église ce sont les nombreux mélanges de styles qui étaient initiés par les jésuites pour mélanger les 2 cultes chrétien et inca. Dans la chapelle de gauche, chapelle de San Ignacio, nous avons pu admirer des peintures un peu inhabituelles dans les églises.

A côté de l’église nous avons découvert le cloître. Il est envahi maintenant de boutiques chics mais vaut le détour pour son architecture et son balcon avec vu sur El  Misti.

Monasterio de Santa Catalina

Un de nos gros coups de cœur à Arequipa. Malgré le prix un peu élevé de (40 Sol – 10,50€) il est impossible de faire l’impasse sur ce couvent. Petit conseil se renseigner sur les horaires des nocturnes du monastère sur le site web. Nous avions regardé les horaires sur les guides de voyage pour le faire mais ces derniers n’étaient plus à jours.

Santa Catalina est bien  plus qu’un ensemble religieux, c’est une véritable ville dans la ville de 20 000m2, fondé par la richissime veuve doña Maria de Guzmàn. Nous avons découvert pendant quelques heures les 3 cloitres qui le compose :

Le cloître des novices avec son hévéa qui pousse au milieu de la cour. A partir du moment où les novices franchissaient l’arche du cloître, elles ne devaient plus prononcer un mot. Après 4 ans de noviciat pendant lesquelles les familles (riches) payaient une dote annuelle de 100 pièces d’or, les novices faisaient le choix de prononcer leurs voeux ou de quitter le couvent (si ce choix était fait c’était le déshonneur pour les familles).

Le cloitres des orangers, l’endroit où les novices passaient après leurs voeux. Le nom de ce cloître correspond aux magnifiques orangers qui sont disposés tout autour. Nous découvrons également la salle de Profundis où les soeur veillaient celles décédées puis les cellules des soeurs, plus ou moins spacieuses et meublées selon les revenus des familles.

Le cloitres majeur, le plus grand du monastère avec sa chapelle et son grand dortoir transformait maintenant en galerie d’art.

Tout au long de la balade dans le monastère au gré des cloitres nous avons découvert des rues richement décorées de fleurs, des bâtisses aux couleurs resplendissantes (bleues et ocre) et l’ancienne cuisine du couvent.

Museo Santuarios Andinos

Juanita , momie des glaces

Ce musée est dédié à la momie Juanita, « la jeune fille des glaces » découverte au sommet du volcan Ampato en 1995. D’après les recherches, Juanita était une princesse inca, destinée à être sacrifiée afin de calmer la colère du volcan. Pour celà, elle fut droguée durant près d’un an à Cusco, fit un voyage de deux mois de jusqu’à Arequipa, puis frappée à la tête lors d’un cérémonie sacrificielle au sommet du volcan. Pas facile la vie de princesse inca…

La visite guidée d’une heure du musée est obligatoire mais n’est pas d’un grand intérêt. Elle nous permet juste de découvrir dans des salles faiblement éclairées et pas très chaude, les objets trouvés lors de l’expédition. Un petit documentaire de vingt minutes au début de la visite montre les fouilles au sommet du Nevado  Ampato. Le clou du musée est là découverte dans la dernière salle de la dépouille de Juanita dans sa vitrine réfrigérée. Une ambiance particulière règne dans cette salle où à chaque moment nous avons l’impression que la jeune fille des glaces va se réveiller. Brrr…

Arequipa : ville gourmande

Peut être est-ce notre première ville au Pérou et que l’on découvrait le coût de la vie, vraiment avantageux pour nous européens (un bon repas coute entre 1 et 6 €). Arequipa fut en tout cas une vrai pause gourmande comme on en aura rarement fait avant et après. Restaurants pour découvrir quelques unes des 3 000 variétés de patates locales, restaurants végétariens, crêperie franco-peruvienne, sandwichs frais etc. Nous avons été étonnés par la qualité des produits !

Pour finir ce magnifique tour de ville nous vous conseillons d’aller à la fabrique de chocolat-café, Chaqchao Organic Chocolates, en face du monastère. Ce lieu a été notre repaire de nombreuses fois lors de notre séjour à Arequipa. Nous avons pu déguster de super bons chocolats chaud, des gâteaux et acheter des tablettes de chocolat artisanal très bonnes à un prix défiant toutes concurrences en France. Lise n’a jamais autant manger de chocolat de sa vie !

Laisser un commentaire